La timidité nous touche tous plus ou moins et nous empêche d’arriver aux résultats que nous souhaiterions. 

Mon histoire avec la timidité 

Pour vous raconter mon histoire, je suis moi-même une ancienne grande timide.
Enfant, je n’osais pas saluer mes camarades de classe quand je les croisais dans la rue, pourtant je les voyais tous les jours à l’école. Je n’arrivais pas à avoir des interactions simples avec les gens comme de demander un baguette à la boulangère ou lever la main en classe pour donner une réponse. Même à l’université, je me rappelle avoir de nombreuses fois eu peur de répondre un simple « oui » quand on appelait mon nom pour contrôler les présences. 

Cette timidité m’incitait à refuser tous les événements qu’on me proposait, je répondais par la négative pour toutes les soirées, les verres en terrasse, etc. 

Les événements sociaux en groupe me mettaient très mal à l’aise. J’avais l’impression de ne rien avoir à dire, et je me souciais de ce que les autres pouvaient penser de moi à ce moment-là. Pour tout vous dire j’avais l’impression de déranger et d’être jugée sans cesse  et comparée aux autres. 

Pour dépasser ces émotions, j’adoptais par moment des comportements très extravertis qui étaient tellement exagérés qu’ils en étaient ridicules. J’avais l’impression en agissant ainsi de sortir de ma zone de confort et de travailler sur ce trait de caractère qui m’handicapait au quotidien. 

Le temps du changement

Avec du recul mes réactions passées me paraissent vraiment étranges. La peur d’avoir des interactions sociales même basiques avec les autres personnes n’est souvent pas du tout justifiée. 

Je vais vous raconter comment je suis passée de cette personne extrêmement timide à la personne que je suis aujourd’hui. Je ne suis pas à l’aise dans toutes les situations sociales, mais ça c’est le cas de toutes les personnes. Ceux qui affirmeront le contraire se mentiront. Aujourd’hui, la timidité ne me bloque plus dans ma vie quotidienne, et ça finalement c’est l’objectif final. 

En fait, je n’ai jamais cherché à vaincre ma timidité. Je n’ai jamais fait cette recherche sur internet, je n’ai pas désiré que cette émotion disparaisse. Je vivais en prenant cette peur pour un fait établi que je pourrais pas modifier.

En ne centrant pas mes attentes sur cette émotion, je l’ai déjà relégué au second plan. Inconsciemment, j’ai décidé qu’elle ne devrait pas être primordiale dans ma vie

J’ai travaillé un autre aspect de ma personnalité qui finalement par une sorte d’effet rebond m’a permis de mettre de côté ma timidité. Cet aspect c’est la confiance en moi. Je n’ai pas mis en place de méthode particulière, mais pour faire en sorte qu’elle soit toujours à son maximum j’ai essayé d’être au meilleur de moi-même. Énoncé de cette façon on pourrait croire qu’il s’agit d’une sorte de culte de la performance, mais pas du tout, c’est juste que je me suis accordée la possibilité d’être moi. Pour moi, être au meilleur de moi-même passait nécessairement par l’apparence physique. Je devais être bien habillée, bien coiffée et maquillée. Je ne sortais pas si ces conditions n’étaient pas réunies. Je ne dis pas qu’il faut correspondre à ces critères pour être épanouie et accepté par la société, c’est uniquement ce dont moi j’ai eu besoin. Chacun doit trouver ce qui l’épanoui et ce qui lui fait se sentir bien. Ce peut être faire du sport, lire, apprendre plus de choses. Peu importe ce qui vous permet d’accentuer votre confiance en vous. 

Améliorer mon apparence physique me rassurait face aux autres. J’ai naturellement arrêté de me mettre la pression en imaginant ne pas être à la hauteur. Quand on veut à tout prix briller aux yeux des autres, notre valeur de leur point de vue baisse instantanément. Les gens fuient les personnes qui sont dans l’attente et dans le besoin. 

A contrario, il faut réaliser sa valeur. Nous ne sommes pas en situation d’être jugés par les autres, ils n’en ont pas le pouvoir parce qu’ils ne sont pas supérieurs à nous. 

Cette évolution dans ma personnalité m’a permis de me libérer de l’attente de plaire à tout le monde. J’ai juste besoin d’un cercle social restreint qui correspondra à mes valeurs et à un certain standard que je me fixe inconsciemment. La peur du regard des autres disparait car ceux qui auront un regard désapprobateur par rapport à notre personne sont uniquement des personnes qui ne correspondent à notre standard et ça n’est pas grave, on ne leur en veut pas. 

Comprendre cela permettra de sortir de nombreuses situations sociales où on aurait été mal à l’aise. Par exemple si quelqu’un ne vous écoute pas parler, regarde ailleurs ou même regarde son téléphone, vous n’aurez plus à insister pour susciter de l’intérêt à ses yeux. Si la personne ne vous écoute pas, vous n’aurez plus qu’à tourner les talons pour la simple et bonne raison que vous n’avez pas de temps à perdre à discuter avec quelqu’un qui ne vous en accorde pas. Vous méritez mieux que cela, et maintenant vous le savez. 

Et maintenant, où en suis-je avec la timidité ?

Maintenant j’ai moins besoin de l’ensemble des artifices liés à l’apparence que je mettais en place (article:  Ma nouvelle définition de prendre soin de moi). Aujourd’hui, j’ai acquis une confiance en moi suffisamment forte pour qu’elle soit présente quasiment en toutes circonstances. Cette confiance me permet de pouvoir parler avec n’importe qui si je le souhaite. Je ne subis plus les blocages qui me pesaient dans le passé. 

Outre cette notion de confiance, il faut aussi travailler sur la vision que l’on a des autres. Ce ne sont pas des juges qui attendent le moindre faux pas pour nous rabaisser. Il faut les visualiser comme une masse de personnes bien intentionnées avec qui on va pouvoir se connecter. En leur accordant un regard bienveillant, ils auront tendance à renvoyer de la chaleur. C’est un cercle vertueux. 

Je sais que de nombreuses choses que j’énonce paraissent plus faciles à dire qu’à faire, mais au final ça n’est qu’au prix de ce travail qu’on peut se libérer de ce poids qui influe aussi bien dans notre vie personnelle que professionnelle. 


Et toi tu en es où avec la timidité? 

Catégories : Non classé

1 commentaire

Prendre conscience de sa valeur - Rêves Olution · 26 février 2018 à 19 h 09 min

[…] a souvent tendance à mesurer notre valeur selon le jugement des autres (voir article timidité) et notre situation professionnelle. Cette conception des choses peut nous amener à se […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench
%d blogueurs aiment cette page :